Passer au contenu

/ Faculté des arts et des sciences

Rechercher

Alain Saulnier : Un prof branché sur le terrain

En mars 2012, Alain Saulnier quitte ses fonctions de directeur général de l’information de Radio-Canada, après plus de 25 ans de service à la société d’État. On lui offre ensuite de contribuer à la mise sur pied du programme de D.E.S.S. en journalisme à la Faculté des arts et des sciences de l’Université de Montréal. En plus d’y enseigner, il y conçoit deux cours et participe à élaborer le programme, qui jouit aujourd’hui d’une grande notoriété.

Qu’est-ce qui vous stimule en tant que professeur?

« Former des jeunes aspirants et aspirantes au métier de journaliste et développer une relève de futurs journalistes d’enquête. J’ai bâti un cours offert à chaque session d’hiver, où les étudiants et étudiantes ont la chance de rencontrer quelques-uns des meilleurs journalistes d’enquête au Québec. Chaque session, leurs travaux aboutissent sur des dossiers qui trouveront éventuellement un débouché dans les grands médias. »

Pourquoi choisir de vous impliquer au  D.E.S.S. en journalisme de l’Université de Montréal?

« D’abord, j’ai beaucoup aimé l’approche axée sur l’éthique journalistique. Ce qui m’a aussi séduit, c’est que pour y être admis, les étudiants et les étudiantes doivent avoir obtenu un diplôme de premier cycle, dans n’importe quelle discipline. La formation offerte est donc abordée selon un angle pluridisciplinaire. Imaginez la qualité des échanges en classe quand les personnes proviennent de disciplines aussi diversifiées que la philosophie, l’histoire, l’économie, la politique, la biologie et bien d’autres!

Ce programme de 2e cycle fournit aussi une occasion unique d’exercer le métier au bout de dix-huit mois, puisqu’il est composé de 30 crédits. Nous avons ainsi créé, il y a trois ans, la salle de presse du D.E.S.S. et un site Internet, appuyés par un formateur. De plus, une fois les cours terminés, le programme est complété par  un stage au sein des médias, d’ici et d’ailleurs. Chaque année, nos stagiaires sont accueillis aussi bien à Radio-Canada, l’Agence France-Presse, Madame Figaro qu’à Planète F ou dans les hebdos régionaux du Québec. »

Selon vous, en quoi se démarque le D.E.S.S en journalisme de l’Université de Montréal?

« Il se démarque d’abord par la qualité de son programme et de ses professeurs chevronnés. Tous et toutes parlent du journalisme en toute connaissance de cause, comme il se vit dans les médias petits et grands à l’ère numérique. À mon avis, il se distingue aussi par son équilibre entre la théorie et la pratique du journalisme. Il fait une place avantageuse à la réflexion éthique. De plus, il offre probablement un cours unique en journalisme d’enquête. »

Qu’est-ce qui vous étonne le plus de vos étudiants et étudiantes?

« Leurs nouvelles habitudes de consommation de l’information. Le modèle traditionnel est complètement éclaté! Je me réjouis aussi, plus que je ne m’étonne, de voir des jeunes avoir le goût de se lancer en journalisme avec la même passion qui m’a animé à l’époque où j’ai débuté dans le métier. »

Que souhaitez-vous que les étudiants et étudiantes gardent de leur passage au D.E.S.S. en journalisme?

« Je leur souhaite surtout de conserver un regard critique du monde des médias et du journalisme et d’apporter, à leur manière, une valeur ajoutée à ce métier, tout en contribuant à l’enrichir avec plus d’enquêtes et de validations des faits pour contrer les faussetés et les rumeurs. Enfin, je leur souhaite de pouvoir bien accompagner le grand public, en expliquant mieux l’actualité pour en favoriser une meilleure compréhension dans une époque caractérisée par une surabondance d’informations. »

DÉCOUVREZ LE D.E.S.S. EN JOURNALISME