Passer au contenu

/ Faculté des arts et des sciences

Rechercher

Navigation secondaire

Étudier la société, les politiques publiques et la santé

Une multitude de modifications sociales, économiques et politiques sont porteuses de conséquences directes sur la santé des personnes et des populations :

  • vieillissement de la population;
  • taux d'immigration important au Canada;
  • augmentation des emplois précaires et peu rémunérés;
  • transformation des normes et pratiques familiales;
  • réorganisation des politiques publiques et austérité;
  • accroissement des inégalités en santé, etc.

Étudier dans le domaine de la société, politiques publiques et santé implique ainsi la mobilisation d'expertises en sciences sociales afin de traiter, en amont et en aval, les problématiques liées aux enjeux sanitaires auxquelles sont confrontés certains groupes, certaines populations.

Pluridisciplinaire par nécessité, ce champ d'activité cherche à mieux cerner la multitude de réalités et de circonstances ayant une incidence directe ou indirecte sur le mieux-être et la santé des individus et des populations.

Depuis plusieurs décennies maintenant, les experts d'instituts nationaux et internationaux de même que l'Organisation mondiale de la santé reconnaissent l'apport des sciences sociales et humaines. Celles-ci aident à mieux raffiner la compréhension des conditions et pratiques sociales et politiques pourvoyant à certains de meilleures conditions de santé qu'à d'autres.

Les études en société, politiques publiques et santé sont structurées par la reconnaissance de l'apport des sciences sociales, s'appuyant sur le corpus de nombre de disciplines :

  • anthropologie;
  • démographie;
  • psychoéducation
  • science politique;
  • service social;
  • sociologie, etc.

Chacune contribue à dresser un portrait global. La démographie, par exemple, apporte un éclairage quantitatif sur l'évolution du taux de mortalité infantile dans certaines régions du monde, et sur les variations de l'espérance de vie entre les femmes et les hommes, ou entre les immigrants et les natifs.

Par ailleurs, il faut faire appel à la science politique pour dresser un bilan des politiques publiques, par exemple, en matière d'accès au logement, aux services de garde, ou à l'emploi. Cette discipline propose aussi l'analyse des rôles des organisations internationales et non gouvernementales dans la promotion de la santé des populations.

Pour leur part, l'anthropologie et la sociologie aident à comprendre les déterminants sociaux de la santé, y compris la distribution des richesses et du pouvoir.

Ainsi, étudier la société, les politiques publiques et la santé, c'est reconnaître que la santé d'une société, tout comme celle d'un individu, dépend de beaucoup plus que de soins médicaux.

Perspectives d’emploi

Les diplômés en société, politiques publiques et santé sont outillés pour appuyer les décideurs qui œuvrent dans différents ministères et organismes publics et parapublics, tant en santé des populations qu'en santé des individus.

Ils peuvent également travailler au sein d'associations communautaires qui ciblent des populations particulières : ainés, immigrants récents, enfants, handicapés, et autres.

Tous ces groupes requièrent un soutien pour bien arrimer leur vie en société à leur santé. Ainsi, les associations qui les représentent ont besoin des expertises en dynamiques de développement des politiques et des systèmes de santé ainsi que des déterminants sociaux de la santé.

Enfin, les diplômés pourront travailler dans le secteur privé, pour les entreprises manifestant le besoin d'expertises en politiques publiques ou en relations publiques dans le domaine sanitaire.