Passer au contenu

/ Faculté des arts et des sciences

Rechercher

Hommage à Madame Elsie Lefebvre

C’est avec une mention d’excellence que cette étudiante a terminé son baccalauréat au Département de science politique en 2001. Ces années universitaires ont été pour elle extrêmement riches en expériences. Elle a pu participer à une multitude de projets qui lui ont permis de mettre à profit les enseignements académiques reçus.

À titre d’exemple, elle a été déléguée de l’Université de Montréal lors d’un séminaire interaméricain à Buenos Aires; participante à la simulation du Parlement européen à Barcelone; collaboratrice parlementaire de Philippe Séguin, député et ancien président de l’Assemblée nationale française; stagiaire au cabinet du ministre de la sécurité publique du Québec ou encore, stagiaire à la délégation générale du Québec à Mexico.

Au terme de son baccalauréat, elle est élue présidente de l’Association étudiante de science politique, fait de la lutte aux intrusions du gouvernement fédéral en éducation et fait de l’amélioration du programme de prêts et bourses une priorité de son mandat. Elle termine ses études de baccalauréat par un échange interuniversitaire au Mexique, où elle entamera par la suite une maîtrise. Après deux années passées au Mexique, elle se joint à l’Institut du Nouveau Monde dirigé par Michel Venne.

Convaincue que l’engagement citoyen permet de faire évoluer la société, elle n’hésite pas à s’impliquer dans la sphère politique. C’est au sein du Parti Québécois, que dès l’âge de 17 ans, elle a choisi de porter les idéaux qui l’animent pour le Québec. À partir de 1998, elle occupe différents postes dans le parti et s’illustre au sein de l’aile jeunesse.

En 2004, à 25 ans, elle est élue députée de la circonscription multiethnique de Laurier-Dorion sous la bannière du Parti Québécois. Elle devient ainsi la plus jeune femme de l’histoire du Québec à occuper cette fonction. On lui confie successivement, au nom de l’opposition officielle, les dossiers relatifs à l’action communautaire, à l’éducation professionnelle et technique et finalement, à l’immigration et aux communautés culturelles. À l’Assemblée nationale, elle est membre de la Commission des Affaires sociales puis de la Commission de l’Éducation et participe à différentes missions parlementaires à titre de vice-présidente de la section Québec du Réseau des femmes parlementaires des Amériques. La lutte contre le décrochage scolaire et contre la pauvreté, l’intégration des immigrants et la francisation, l’environnement et la place de la famille sont des enjeux auxquels elle accorde une attention toute particulière.

Depuis le 26 mars dernier, elle agit à titre de conseillère pigiste et est revenue à son alma mater afin de terminer une maîtrise en Études internationales portant sur les politiques de lutte à la pauvreté et à l’exclusion sociale au sein de l’Union européenne.

Hommage rendu lors de la Collation des grades de premier et deuxième cycles de la Faculté des arts et des sciences
Le 20 juin 2007