Passer au contenu

/ Faculté des arts et des sciences

Rechercher

Serge Marcoux

Serge Marcoux, diplômé d’honneur du Département de science politique.

Ambassadeur de carrière, Serge Marcoux s’appuie d’abord sur une formation classique acquise au Séminaire de philosophie de Montréal. Il enchaîne avec un baccalauréat en science politique à l’Université de Montréal, qu’il termine avec brio. Il poursuit avec une maîtrise, dans le champ des relations internationales. Son mémoire s’intitule L’Élaboration et la mise en œuvre de la politique canadienne d’aide aux pays en voie de développement. De toute évidence, il a déjà la vocation de diplomate chevillée au corps.

Très tôt, soit en 1969 et avant même l’obtention de sa maîtrise, il est recruté par le ministère des Affaires étrangères du Canada. Après deux années comme agent de pupitre, il s’engage dans une carrière au sein du corps diplomatique, caractérisée par de nombreuses affectations à l’étranger avec une progression évidente de responsabilités, notamment dans des situations sensibles et au terrain souvent miné, au sens figuré comme au sens propre.

On retrouve Serge Marcoux à l’ambassade de Tunis, comme troisième, puis deuxième secrétaire, à Berlin dans le cadre de la mission militaire du Canada, à l’ambassade de Bonn et à celle d’Abidjan et de La Haye, à titre de conseiller culturel.

En 1994, il est nommé conseiller pour la coopération technique à l’ambassade de Budapest, alors que la Hongrie est en pleine transition vers une économie de marché. Cette mission sera suivie d’une responsabilité de premier plan sur un terrain sensible et incertain, la Bosnie-Herzégovine. Nommé premier ambassadeur, il y représente le Canada dans tous ses champs d’action, y compris pour sa présence militaire de 1200 soldats.

Il représente également le Canada au Comité de suivi des Accords de Paix de Dayton. Il termine sa carrière à l’étranger en ayant la charge des relations bilatérales du Canada avec le Guyana, le Suriname et la Communauté des Antilles.

Ces affectations sont entrecoupées de postes à Ottawa dans différentes Directions du ministère, à titre de chef de section, de directeur-adjoint, de directeur, passant des affaires culturelles à l’Afrique francophone, à la Francophonie et à l’Europe centrale.

Outre sa passion pour la vie internationale et ses arcanes, Serge Marcoux cultive une relation riche avec les langues. Il acquiert une formation pour la traduction et peut s’exprimer en sept langues, dont quatre avec une maîtrise plus que certaine, soit le français, l’anglais, l’allemand et le néerlandais.

Ce parcours à peine esquissé est celui d’un grand commis d’État dont les qualités intellectuelles, la polyvalence, la vaste culture, le sens des responsabilités et le doigté ont été reconnus par ses supérieurs et mis au service de la mission de l’État.

Aujourd’hui à la retraite, Serge Marcoux siège à plusieurs conseils d’administration d’associations de nature culturelle et participe à différentes activités départementales. Sa contribution prend plusieurs facettes. Ainsi, récemment, il décidait de faire un don pluriannuel pour soutenir le prix de la meilleure thèse de doctorat remis chaque année.

Hommage rendu lors de la collation des grades de la Faculté des arts et des sciences - cérémonie du 6 novembre 2017.