Prix d'excellence en enseignement 2018

Prix d'excellence en enseignement de la FAS

Juliette De Maeyer

Juliette De Maeyer

Professeure adjointe au Département de communication, lauréate d’un Prix d’excellence en enseignement de la Faculté des arts et des sciences.

Professeure au Département de communication depuis 2014, Juliette De Maeyer est une spécialiste de l’étude du journalisme.

Passionnée par son domaine, Juliette De Maeyer dispense un enseignement de qualité, dont les cours sont ponctués d’activités innovantes qui permettent de stimuler l’intérêt tout au long de la session.

Ses cours sont dynamiques, clairs et bien structurés. Ayant à cœur la motivation des étudiants, Juliette De Maeyer se soucie toujours que les objectifs d’un cours soient atteints dans une perspective qui trouve écho chez eux. Pour convaincre les étudiants de la pertinence de réaliser une revue de la littérature avant toute forme de travail sur un sujet quel qu’il soit, elle leur propose, dans l’un de ses cours, de répondre à l’appel à projets d’un organisme subventionnaire fictif, qui exige notamment que les projets soumis fassent un état des lieux des connaissances actuelles.

Sa créativité et sa bienveillance font de Juliette De Maeyer une professeure très demandée pour l’encadrement d’étudiants aux cycles supérieurs et souvent sollicitée pour des jurys.

Son engagement dans l’enseignement au sein du Département se décline sous plusieurs formes. Comme membre du comité des études supérieures de 2014 à 2016, elle a activement participé à la création du nouveau D.E.S.S. en média, culture et technologie. Elle a aussi pris part, en 2017, à la création de l’option études du journalisme de la maîtrise en communication en concevant les plans de cours cadres des trois nouveaux cours créés.

Depuis l’automne 2017, elle anime par ailleurs les « midis de la pédagogie ». Ce sont des rencontres mensuelles fort appréciées des collègues, qui donnent l’occasion d’échanger sur des enjeux cruciaux concernant les pratiques d’enseignement.

Membre du comité des études de premier cycle depuis l’automne 2016, elle contribue en outre à la révision des plans de cours cadre de tous les cours de premier cycle. À ce jour, une trentaine de plans ont été révisés. Enfin, depuis juin 2017, elle est responsable des échanges internationaux.

L’ensemble des contributions de Juliette De Maeyer au Département de communication démontre amplement son excellence pour l’enseignement et l’encadrement des étudiants, ainsi que son leadership hors du commun pour une jeune professeure adjointe, tant dans l’élaboration de programmes que dans la réalisation de projets pédagogiques. Cet engagement est particulièrement apprécié dans le contexte de développement des études de journalisme aux cycles supérieurs, priorité du Département depuis 2014.

Vincent Denault

Vincent Denault

Chargé de cours au Département de communication, lauréat du Prix d’excellence en enseignement pour les chargées et chargés de cours de la Faculté des arts et des sciences.

Vincent Denault est chargé de cours au Département de communication depuis 2015. Il est aussi candidat au doctorat et ses recherches portent sur des questions liées à l’évaluation de la crédibilité, la détection du mensonge et la communication non verbale lors de procès.

L’arrivée de Vincent Denault a signifié l’ouverture d’un nouveau champ d’enseignement et de recherche au Département de communication. Son parcours en enseignement ne suit pas le cheminement habituel. Le doctorant commence en effet souvent sa carrière d’enseignant en assistant son directeur de thèse avant de se voir donner l’occasion d’enseigner au baccalauréat. Vincent Denault a non seulement enseigné très vite un cours central au baccalauréat [sur les] Théories de la communication, mais il a aussi créé un nouveau cours, [en] Communication non verbale, qu’il a donné à deux reprises. Cette précocité en enseignement est une première au Département selon son directeur.

En trois ans, Vincent Denault est devenu un enseignant de premier plan. Ses pratiques pédagogi ques lui valent des commentaires élogieux de ses étudiants et le respect de ses pairs.

Parallèlement à l’enseignement, Vincent Denault accorde beaucoup d’importance à la vulgarisation scientifique. C’est l’une des raisons pour lesquelles il offre depuis deux ans au Centre de développement professionnel de la Faculté des arts et des sciences une formation sur la communication non verbale avec un professeur de l’École de psychoéducation et qu’il a donné un TEDx Talk intitulé Le nez de Pinocchio n’existe pas… et alors? en 2016 à HEC Montréal.

Ce désir profond de rendre la recherche accessible au grand public explique aussi pourquoi il a cofondé le Centre d’études en sciences de la communication non verbale, où il a, par ailleurs, pu conseiller nombre d’étudiants intéressés par ce champ de recherche.

Afin que les étudiants de premier cycle puissent se familiariser avec le processus de développement des connaissances scientifiques, il a en outre créé l’année dernière un groupe de lecture sur la communication non verbale.

La contribution de Vincent Denault au Département de communication, soit celle d’ouvrir un nouveau champ d’enseignement et de recherche extrêmement porteur, témoigne avec éloquence de son excellence tant du point de vue de l’innovation pédagogique que sur le plan de la qualité et de la promotion de l’enseignement au sein de son unité. 

Francis Fortin

Francis Fortin

Professeur adjoint à l’École de criminologie, lauréat d’un Prix d’excellence en enseignement de la Faculté des arts et des sciences.

Francis Fortin est un spécialiste de l'étude de la cyberpédophilie, professeur à l’École de criminologie depuis 2014.

Fort d’une expérience de chargé de cours dans différents milieux depuis 2000 et d’une carrière de douze ans à la Sûreté du Québec, Francis Fortin est un professeur d’une rare efficacité. Particulièrement habile pour intégrer théorie et pratique, il est très créatif sur le plan pédagogique et diversifie ses façons d’enseigner, alternant entre la réalisation d’études de cas, de tests interactifs en ligne et d’une cyberenquête ou de l’analyse d’un dossier d’enquête fictif, afin de familiariser le plus possible les étudiants avec les outils mobilisés en renseignement criminel.

Sa façon d’enseigner est une source indéniable de motivation pour les étudiants, comme en témoignent les excellentes évaluations qu’il obtient. Ses cours sont bien structurés et ses exposés sont toujours présentés de manière à ce que les étudiants puissent mettre en application les notions enseignées. Les étudiants soulignent aussi sa grande disponibilité.

Francis Fortin se démarque également par la qualité de l’encadrement qu’il offre aux cycles supérieurs. Le fait qu’il intègre les étudiants dans ses projets de recherche est l’un des ingrédients de ce succès. Grâce à ses subventions de recherche, il leur propose d’ailleurs systématiquement d’aller présenter leurs travaux dans des colloques nationaux ou internationaux.

Son engagement dans l’enseignement s’illustre en outre dans plusieurs projets académiques. À titre de responsable du comité des études du baccalauréat en sécurité et études policières notamment, il met en place des stages d’une journée dans un milieu professionnel, afin de permettre aux étudiants d’explorer différents univers avant le stage obligatoire de la dernière année du programme. Il a aussi participé activement à la création du certificat en renseignement et en enquête, en collaboration avec la Faculté de l’éducation permanente.

Pour une école professionnelle comme l’École de criminologie, un professeur tel que Francis Fortin, qui marie avec autant d’aisance la théorie et la pratique et qui connaît aussi intimement les milieux policiers au Québec, est un atout essentiel et un ambassadeur formidable. 

Steve Geoffrion

Steve Geoffrion

Professeur adjoint à l’École de psychoéducation, lauréat d’un Prix d’excellence en enseignement de la Faculté des arts et des sciences.

Chargé de cours à l’École de criminologie pendant huit ans, Steve Geoffrion est professeur à l’École de psychoéducation depuis 2015. Son domaine de spécialisation porte sur l'évaluation et l'intervention en contexte d'autorité auprès de jeunes et de familles en difficulté.

Dès ses premières charges de cours à l’École de psychoéducation, Steve Geoffrion a choisi de transmettre la matière à distance des exposés magistraux et de l’acquisition passive de connaissances. Son enseignement vise le développement de compétences et l’engagement cognitif, affectif et comportemental des étudiants dans leurs apprentissages.

Il multiplie donc les façons d’enseigner : exposés magistraux, classes inversées, mises en situation, séances de modelage, lectures guidées et jeux de rôle. Cette variété de modalités pédagogiques lui permet non seulement de maintenir l’intérêt des étudiants, mais aussi de s’adapter à leurs besoins.

Les étudiants apprécient sa passion pour la psychoéducation, notamment la clarté de ses exposés, sa capacité à vulgariser les contenus et l’accompagnement qui leur est offert dans ses cours. Les évaluations qu’il obtient pour ses différents cours sont d’ailleurs exceptionnelles. Les étudiants soulignent aussi sa grande disponibilité et sa flexibilité.

Sa maîtrise de la pédagogie est inspirante. Il sait manifestement puiser dans la richesse de ses expériences professionnelles pour établir des ponts entre la théorie et la pratique. À l’École de psychoéducation, il a ainsi mené à bien la réforme de trois cours sur la pratique et la révision de l’ensemble du volet pédagogique du stage de deuxième année de baccalauréat, dont il a pris la charge en 2018.

Steve Geoffrion est l’un des principaux piliers de la réforme majeure de programme en cours à l’École de psychoéducation. Il agit à titre de leader pédagogique en accompagnant ses collègues moins familiers avec les méthodes actives et l’approche par compétence, ainsi qu’en supervisant le sous-comité sur l’élaboration des plans-cadres de cours. Il joue aussi un rôle clé dans le comité visant l’amélioration de la pédagogie au sein de l’École.

Soulignons, pour compléter ce rapide survol, que Steve Geoffrion est en quelque sorte un « multirécidiviste » : il a déjà gagné deux prix d’excellence en enseignement lorsqu’il était chargé de cours en criminologie.

Il est évident que Steve Geoffrion contribue de façon exemplaire à l’enseignement et à l’encadrement des étudiants en psychoéducation, ainsi qu’à la vie académique de l’École, de la Faculté et plus largement de l’Université.