Passer au contenu

/ Faculté des arts et des sciences

Rechercher

 

Priorités et actions associées


Les cinq grands enjeux qui viennent d’être présentés définissent notre contexte d’action pour 2018-2023. Les plans stratégiques des unités de la Faculté et les consultations nous ont aidés à établir cinq priorités transversales qui guideront nos actions. Certaines de ces priorités reflètent les orientations intellectuelles propres à la Faculté des arts et des sciences; d’autres touchent à des questions plus générales que nous partageons avec plusieurs facultés de l’Université de Montréal, mais dont la mise en œuvre trouvera une incarnation reflétant notre identité facultaire.

Ces priorités et les actions qui leur sont associées ne se substituent pas aux plans stratégiques des unités (départements, écoles, institut et centres d’études). Plusieurs éléments, récurrents, dépassent le cadre d’une seule unité et instruisent les priorités privilégiées ici.

Chaque priorité est brièvement décrite et suivie de quelques exemples d’actions qu’elle inspire.

1- METTRE EN PLACE DE NOUVEAUX CARREFOURS DU SAVOIR

Créé en 2011, le Carrefour des arts et des sciences est à l’image de notre faculté : lieu d’échanges entre les disciplines, il permet les rencontres et l’animation qui facilitent la genèse de nouveaux projets de recherche, et met en valeur la créativité pluridisciplinaire de la Faculté auprès de publics variés.

Le nombre d’initiatives interdisciplinaires à la Faculté des arts et des sciences, dans les programmes d’études comme dans les programmes de recherche, augmente d’année en année.

Si un soutien accru aux initiatives existantes reste la priorité, les plans stratégiques des unités ainsi que l’analyse de la direction facultaire suggèrent que la mise en place de nouveaux carrefours est nécessaire pour refléter l’évolution des champs disciplinaires, la fécondité des initiatives interdisciplinaires, la nouvelle structuration des espaces de notre faculté et la volonté de les rendre accessibles à l’ensemble de notre communauté.

La proposition de ces carrefours dans le plan facultaire sert plusieurs finalités.

  1. Dans un premier temps, elle permet de cerner les ambitions communes et de déterminer leurs conditions de réalisation. La plupart des carrefours énumérés ci-dessous peuvent exister comme réseau d’animation de recherche, l’ancrage physique dans un ou des lieux consacrés étant un horizon possible. Pour chaque carrefour, nous indiquons le ou les lieux envisagés pour le déploiement de leurs activités. Certains de ces carrefours émergent de programmations de recherche existantes, sous forme d’équipes ou de centres de recherche déjà financés mais appelés à une croissance rapide de leurs activités, alors que d’autres sont à construire ou à fédérer. De la même façon, les noms des thématiques que nous employons ou la déclinaison en carrefours n’est pas finale mais permet de guider les équipes concernées dans les phases initiales des travaux d’élaboration. Plusieurs plans stratégiques d’unités proposent la possibilité d’innover avec la création de nouveaux centres de recherche. Au-delà de la liste des carrefours exposée ici, l’ouverture de la direction facultaire à un soutien à ces initiatives disciplinaires reste entière. Sont présentés ici les carrefours recoupant les intérêts interdisciplinaires de plus de trois départements, écoles, institut ou centres d’études qui répondent aux enjeux définis précédemment.
  2. La présentation de ces carrefours sert, dans un deuxième temps, de base d’échanges. Dans cet esprit, il ne faut pas voir cette liste comme étant exhaustive ou finale : de nouveaux recrutements professoraux ou occasions de financement peuvent suggérer de nouveaux projets de carrefour. La planification des espaces à moyen terme nous incite simplement à cartographier les aspirations thématiques des chercheurs et des unités. Cette programmation est donc sujette à ajustements.
  3. Dans un troisième temps, les carrefours listés ci-dessous sont liés à des programmes d’études ou peuvent facilement l’être. L’établissement de tels carrefours donne une meilleure visibilité à nos expertises en recherche et aux programmes d'études qui leur sont associés.
Carrefours en numérique

Une majorité des plans stratégiques d’unités prend acte des transformations profondes des activités sociales engendrées par l’adoption massive d’outils et de pratiques numériques. Cette prise de conscience n’est pas nouvelle dans le champ universitaire, mais elle est amplifiée par la massification de certains usages et l’émergence disruptive de plusieurs de leurs conséquences : l’intégration échevelée des médias sociaux, le téléphone intelligent comme interface universelle, le jeu vidéo et les youtubeurs comme forces culturelles axiales, l’érosion du contrôle manufacturier par effet de la fabrication numérique, la métamorphose de la sécurité en cybersécurité, la démocratisation associée au libre-accès et ses effets corollaires et enfin les utopies et dystopies que l’intelligence artificielle engendre.

Le numérique transforme les objets d’études et les pratiques, tout autant que les façons de faire des disciplines. Notre capacité actuelle à mobiliser des bases de données pour nourrir nos hypothèses, construire nos démonstrations et répondre à des besoins sociétaux est sans précédent.

Notre tradition d’excellence facultaire dans ces thématiques ne date pas d’hier et différents travaux sont en cours pour continuer de développer des initiatives en lien avec le numérique, par le biais de centres existants. Nous définissons de manière provisoire deux grandes constellations de questionnements qui recoupent plusieurs projets de développements interdisciplinaires à la Faculté.

 

Carrefour en sciences des données et sciences formelles

Comme annoncé dans l’enjeu 3-Réalisation du campus MIL, les directions facultaire et universitaire ont soumis une demande au gouvernement provincial pour assurer la construction d’un nouveau pavillon abritant les départements d’informatique et de recherche opérationnelle, et de mathématiques et de statistique, ainsi que les centres de recherche affiliés. L’intensification des activités de ces unités exige de nouvelles infrastructures pour favoriser et soutenir l’animation interdisciplinaire.
Certains des travaux liés à ce carrefour pourrait obtenir du soutien de la thématique transversale universitaire “des données à l’action en santé”.
Ce carrefour permettra par exemple de rapprocher ces unités de l’écosystème d’entreprises et organisations en intelligence artificielle et numérique qui se développe dans le Mile-End, autour du MILA. Un carrefour de ce type permettra aussi une animation plus soutenue des activités engagées avec des acteurs non-académiques de ces domaines (OBNL, entreprises, institutions politiques à différentes échelles). Au-delà des activités liées au transfert de connaissances, ce carrefour valorisera les recherches fondamentales dans ces secteurs. Il est appelé à s’intéresser aux développements théoriques et à la modélisation rendant possibles les outils numériques et leur création, puis à la possibilité de transfert technologique dans de multiples secteurs. En plus des disciplines envisagées habituellement, notons que plusieurs chercheurs d’autres secteurs, en particulier en sciences sociales, sont directement interpellés dans les réflexions sur les développements théoriques et empiriques. Ce carrefour pourra mobiliser plusieurs disciplines dans le secteur de l’intervention, de l’analyse des liens sociaux et de l’étude du politique.

Projet au centre de la thématique transversale universitaire 
Des données à l’action en santé, présentée dans le plan d’action 2016-2021 de la direction de l’Université de Montréal
Le lieu naturel de développement de ce carrefour est, dans un premier temps, le pavillon André-Aisenstadt, puis le campus MIL. Plusieurs grappes de recherche situées dans d’autres pavillons y contribuent ou s’ajouteront dans l’avenir.

Carrefour en culture et création numériques

Le numérique nous aide à changer nos modes d’expression. Alors que le premier carrefour s’intéresse plutôt aux fondements et à la création de ces outils, ce deuxième carrefour s’intéresse à leurs usages dans différents secteurs d’activité liés à l’expression et à la création. À la lecture des plans stratégiques des unités, certains pôles existants gagneraient à être fédérés et d’autres pôles potentiels de cette constellation autour des cultures et de la création numériques émergent : jeu vidéo, humanités numériques, évolution de l’édition, de la mémoire collective, de la conservation, du patrimoine et des outils en sécurité informatique (SSH), arts numériques, impression 3D. De façon générale, ce carrefour contribuera à la volonté de redynamiser le secteur de la création et des arts, présent de manière individuelle, mais pas assez soutenu de manière institutionnelle.

Plusieurs travaux de ce carrefour s’appuient sur des collaborations présentes et futures avec d’autres facultés intéressées à la création, en particulier les facultés de musique et d’aménagement.

Projet au centre de la thématique transversale universitaire Comprendre et créer, présentée dans le plan d’action 2016-2021 de la direction de l’Université de Montréal

Les activités de ce carrefour se dérouleront essentiellement dans les pavillons Lionel-Groulx et Marie-Victorin, mais aussi dans les espaces du carrefour en sciences de données et sciences formelles envisagé au campus MIL.
Carrefour diversité, inégalités et inclusion sociale

Vieillissement de la population, croissance des inégalités, précarisation de segments de la population (personnes âgées, vivant avec un handicap, sous-scolarisées, autochtones, immigrantes, marginalisées…), immigration multiforme (économique, politique, de survie), transformation des identités de genre, des sexualités, diversité ethnique : notre société change. Cette évolution demande une compréhension renouvelée des phénomènes sociaux et une adaptation de la réponse de la société aux réalités émergentes et aux besoins qui en découlent. La complexité de ces questions requiert inévitablement des perspectives interdisciplinaires et le développement d’une formation continue qui adapte ses regards et ses contenus à ces réalités sociales plurielles et multiformes.

Plusieurs disciplines en lettres, sciences humaines et sciences sociales contribuent au développement des connaissances et à la formation sur ces enjeux et font face à des problèmes communs, tant pour ce qui touche à la formation qu’à la recherche. Ce carrefour réunira des savoirs encore trop souvent développés en silo, suivant en cela la tendance maintenant bien ancrée du travail intersectoriel valorisé par les milieux de pratique et les organismes subventionnaires. Le soutien au développement de partenariats entre la recherche et le travail de terrain y est prioritaire et valorise les approches innovantes, notamment auprès des populations les plus vulnérables. On pense en particulier aux études réalisées par plusieurs de nos chercheurs dans les Centres intégrés universitaires de santé et de services sociaux de Montréal.

Ce carrefour sera aussi l’occasion de soutenir et renforcer les expériences de coconstruction de savoirs à la Faculté des arts et des sciences et, plus largement, à l’Université de Montréal, en favorisant tant les échanges interdisciplinaires qu’interfacultaires, mais aussi en développant des liens plus forts et continus avec les communautés concernées, sans hiérarchisation des savoirs. Ce point est d’une importance particulière lorsque des populations historiquement marginalisées, comme les Autochtones ou les minorités racisées, sont concernées.

Projet au centre des thématiques transversales universitaires La vie repensée et Construire l’avenir durablement, présentées dans le plan d’action 2016-2021 de la direction de l’Université de Montréal

Le carrefour aura comme pôles principaux les pavillons Lionel-Groulx et Marie-Victorin.

Carrefour en intervention et vie repensée

Le réaménagement des espaces au pavillon Marie-Victorin, à la suite du déménagement du Département de sciences biologiques au campus MIL, aide à réorganiser les infrastructures visant à soutenir l’enseignement et la recherche dans le domaine des sciences de la prévention et de l’intervention bio-psycho-sociale. Ces approches trouvent aussi des liens avec la spiritualité, la musique, la littérature, les réalités virtuelles, etc., ainsi qu’avec la compréhension du cerveau, de la cognition et du comportement. Là encore, plusieurs disciplines des sciences sociales et des sciences humaines de la Faculté contribuent au développement des connaissances et à la formation dans ces domaines. Elles rencontrent des défis communs, tant pour la formation que pour la recherche.

Les travaux de recherche des professeurs et des étudiants de cycles supérieurs dans ces secteurs nécessitent très souvent l’usage d’équipements spécialisés. Ces équipements exigent un soutien technique conséquent et permettent d’étudier l’activité cérébrale associée aux interactions sociales, aux comportements et attitudes des intervenants, de même qu’aux effets directs et indirects d’interventions auprès d’enfants, d’adolescents ou d’adultes ayant des besoins particuliers.

La mise en place d’un laboratoire de simulation d’intervention au pavillon Marie-Victorin et la réalisation d’un institut en neuroscience cognitive en soutien aux cliniques de psychologie et de neuropsychologie, sur les campus de la montagne et de Laval, visent à répondre à ces besoins et à mieux structurer les collaborations interdisciplinaires dans ces domaines de recherche en plein essor. Les cliniques sont déjà bien connues et offrent des services toujours plus prisés par les communautés proches des campus concernés.

Différents plans stratégiques d’unités pointent par ailleurs la nécessité de développer des activités de formation de pratique clinique intra muros. Cette proposition répond au besoin de mieux préparer les stagiaires qui exerceront par la suite leurs activités professionnelles auprès de populations vulnérables. Un laboratoire de simulation d’intervention permettra de faire cette formation par la pratique, en amont de la réalisation d’un stage ou dans le contexte de la formation continue.

L’animation partagée du laboratoire, de l’institut et des cliniques par les unités concernées, au sein de ce nouveau carrefour, facilitera la collaboration en enseignement et en recherche, et favorisera l’émergence de nouvelles innovations thérapeutiques.

Projet au centre de la thématique transversale universitaire La vie repensée, présentée dans le plan d’action 2016-2021 de la direction de l’Université de Montréal

Le carrefour aura comme pôles principaux le pavillon Marie-Victorin et le campus de Laval.

Carrefour en environnement, développement durable et énergie

La Faculté se démarque par la diversité et l’intensité de ses travaux en environnement et développement durable, ainsi que par ses infrastructures uniques dans le domaine. On peut citer deux exemples : l’Institut de recherche en biologie végétale (IRBV) et la Station de biologie des Laurentides (SBL).

Le Complexe des sciences du campus MIL est conçu pour favoriser les collaborations dans ce domaine avec les chercheurs des quatre unités qui y logeront. Au-delà du complexe, nous devons cependant aussi miser sur les collaborations avec d’autres unités du campus de la montagne, un grand nombre de chercheurs intéressés aux questions environnementales œuvrant au sein de départements localisés au pavillon Lionel-Groulx. Les maillages interdisciplinaires dans ces thématiques sont en effet très denses et mobilisent plusieurs collègues de la Faculté autour de la biodiversité, des humanités environnementales, des contaminants, de la chimie verte, de l’aggravation des inégalités en santé, des nouveaux matériaux, de la modélisation et des énergies renouvelables, pour ne nommer que celles-là.

Par exemple, plusieurs acteurs cherchent à comprendre le destin environnemental des contaminants et à voir comment ces contaminants et l’activité humaine peuvent avoir des impacts sur les écosystèmes, les lacs, la qualité de l’air ou les sols. Comment peut-on s’adapter aux changements climatiques et aux divers problèmes associés?

Plusieurs efforts visent aussi les questions d’énergie, les matériaux pour capter ou stocker l’énergie, l’optimisation des transports, l’étude des habitudes des gens et la façon de changer leurs comportements. Divers travaux utilisent une étape préliminaire de modélisation autant pour évaluer in silico la pertinence de combinaisons de nouveaux matériaux que pour améliorer le transport des personnes ou des marchandises.

Projet au centre de la thématique transversale universitaire Construire l’avenir durablement, présentée dans le plan d’action 2016-2021 de la direction de l’Université de Montréal

Le carrefour aura comme pôles principaux le campus MILl’Institut de recherche en biologie végétale, la Station de biologie des Laurentides et le pavillon Lionel-Groulx.

Carrefour en affaires culturelles, publiques et internationales

La Faculté rassemble des expertises sur plusieurs régions, cultures, langues, religions et patrimoines du monde, en sciences humaines et en sciences sociales, qui se répartissent entre différentes disciplines et s’incarnent dans des programmations de recherche hétéroclites sur toutes sortes d’enjeux, à différentes échelles d’analyse. Ce carrefour aura comme vocation de fédérer ces compétences en les coordonnant de manière à constituer un regroupement unique d’expertises en affaires culturelles, publiques et internationales dans le monde francophone.

Ce projet d’envergure sera conçu comme une interface entre recherche, formation et vie publique. Les chercheurs y croiseront les praticiens, les décideurs, les journalistes et les activistes qui animent les affaires publiques, au Canada et à l’international. Il prend appui sur le projet de création d’une maison des affaires publiques et internationales, appelée à jouer un rôle structurant dans ce nouveau carrefour. Depuis quelques années, le Département de science politique et le Centre d’études et de recherches internationales [CÉRIUM] réfléchissent à la mise en place de cette maison pensée comme un lieu d’échanges avec des milieux de pratique qui ont un intérêt pour les politiques publiques et les relations internationales. Les élus, les hauts fonctionnaires, les diplomates et des représentants de la société civile sont quelques-uns des publics visés.

Ce carrefour vise à rassembler plusieurs axes disciplinaires et projets thématiques en lien avec les enjeux politiques (politiques publiques, processus de gouvernance, relations interétatiques, résolution de conflits et opérations de maintien de la paix), les questions économiques (recherche macroéconomique, politiques monétaires et fiscales, activités des marchés financiers), les évolutions sociétales et culturelles qui définissent les grands enjeux de politique mondiale (études de population, lien entre religion et politique, mobilisations transnationales, communication internationale, accroissement des inégalités Nord-Sud, Francophonie, etc.).

Il est aussi appelé à jouer un rôle central dans le développement des partenariats internationaux de la Faculté, soit dans le cadre classique des ententes sectorielles ou générales pour des mobilités professorales et étudiantes, soit dans le contexte de la création de doubles-diplômes à la maîtrise impliquant des séjours d’études et de recherche, ainsi qu’une supervision des travaux de recherche ou de stage dans les deux universités partenaires (par exemple en études internationales ou en démographie).

Ces questions occupent des professeurs d’unités de la Faculté qui ont trop peu d’occasions d’échanger entre eux, ainsi qu’avec les décideurs qui pourraient profiter de leurs travaux. Plusieurs bénéficient des ressources de centres de recherche (par exemple le CÉRIUM et le Centre d’études asiatiques [CÉTASE]). Les déménagements engendrés par l’ouverture du campus MIL en 2019 seront l’occasion de penser, dans un premier temps, une reconfiguration de certains étages du pavillon Lionel-Groulx puis de voir comment donner une vocation internationale au pavillon André-Aisenstadt, au carrefour et aux unités qui pourraient l’occuper.

Projet au centre de la thématique transversale universitaire Construire l’avenir durablement, présentée dans le plan d’action 2016-2021 de la direction de l’Université de Montréal

Le carrefour aura comme pôles principaux les pavillons Lionel-Groulx et André-Aisenstadt.

Carrefours proposésPersonnes-ressources
Carrefours en numérique 
  • Carrefour en sciences des données et sciences formelles 
  • Carrefour en culture et création numérique
Frédéric Bouchard 
Houari Sahraoui
Carrefour diversité, inégalités et inclusion socialeValérie Amiraux 
Marie-Marthe Cousineau
Carrefour en intervention et vie repenséeSophie Parent 
Marie-Marthe Cousineau
Carrefour en environnement, développement durable et énergieSébastien Sauvé
Carrefour en affaires culturelles, publiques et internationalesValérie Amiraux 
Éric Montpetit

Vers le haut