Doctorat honoris causa 2014

Sonia Livingstone

Texte hommage prononcé par Francis Gingras, secrétaire de la Faculté des arts et des sciences, lors de la cérémonie du 29 octobre 2014.

Sonia Livingstone est une figure centrale de la recherche et de l’étude des médias. Elle s’intéresse notamment aux rapports des enfants et des jeunes adultes aux nouveaux médias et accorde une importante particulière aux questions que soulève la participation des citoyens à la sphère publique à l’heure des grandes mutations du monde de l’information. Ses analyses fines et originales, toujours parfaitement nuancées, ont profondément bouleversé notre compréhension de l’usage de ces nouveaux moyens de communication et de socialisation, tout particulièrement chez les adolescents. De ses recherches, elle a également tiré un ensemble de réflexions et d’études sur la réglementation et la régulation des médias.

En plus d’avoir activement contribué à tous ces domaines d’études, madame Livingstone a développé un point de vue singulier en s’intéressant, d’une manière transversale, à la manière dont les consommateurs, citoyens et utilisateurs des médias parviennent à donner du sens à des environnements regorgeant de signes qu’ils n’ont pas contribuer à créer. Elle est aussi reconnue pour sa démarche multiméthodologique qui l’a amenée à diriger et participer à des projets de recherche pluridisciplinaires mobilisant des méthodes tant quantitatives que qualitatives.

L’expertise internationalement reconnue de madame Livingstone vient couronner une carrière menée au sein des institutions britanniques les plus prestigieuses du domaine des sciences sociales. Titulaire d’un doctorat en psychologie du Wolfson College de l’Université d’Oxford, madame Livingstone a également fréquenté l’Université Brunel de Londres, avant de rejoindre l’Institute of Social and Applied Psychology de l’Université de Kent. En 1990, elle intègre à titre de lecturer les rangs de la London School of Economics and Political Science où, neuf ans plus tard, elle est promue professeure au Département de psychologie sociale. En 2003, elle est invitée à œuvrer au sein du Département des médias et communications de cette même école.

La finesse d’analyse de madame Livingstone est unanimement saluée dans les domaines de la recherche liés à la réception, à la consommation et à l’éducation aux médias, sans oublier les études minutieuses qu’elle a consacrées aux contextes sociaux, familiaux et éducationnels des technologies de l’information et de la communication. Tout au long de sa carrière, elle a produit un nombre impressionnant de publications, de directions d’ouvrages ou de numéros spéciaux pour des revues aussi prestigieuses que le Journal of Children and Media ou la Oxford Review of Education. Sa reconnaissance publique n’est pas en reste puisqu’elle est régulièrement citée par The Guardian, le Times, la BBC et Channel 5. Résolument engagée dans son milieu et dans son époque, madame Livingstone s’est constamment investie dans les grands débats de société autour de la question des médias, qu’ils soient traditionnels ou réputés « nouveaux ». Cet engagement sans faille lui a d’ailleurs valu de nombreuses invitations par des universités partout dans le monde, que ce soit l’Université Panthéon-Assas à Paris, la Libera Università di Lingue e Comunicazione à Milan, l’Université de Bergen en Norvège, la University of Illinois Urbana-Champaign aux États-Unis, l’Université de Stockholm ou encore l’Université de Copenhague.

Les travaux de Mme Livingstone lui ont valu une multitude d’honneurs et de distinctions, dont un doctorat honoris causa remis par l’Université de Rotterdam en 2008 pour sa contribution remarquable à l’étude des médias et de la communication. La Royal Society for the Encouragement of Arts, Manufactures & Commerce lui a quant à elle décerné, en 2008, le titre de Fellow pour son influence remarquable dans le domaine de l’innovation et du progrès social. Elle a par ailleurs reçu le Prix Wahlgrenska de la Fondation Wahlgren, une fondation suédoise qui reconnaît les contributions dans le domaine des recherches sur les médias. Enfin, elle a été élue Fellow de l’Association internationale de communication (ICA), regroupement le plus important du champ de recherche sur les communications, dont elle a été la présidente en 2007-2008, et qui lui a également décerné en 2011 un prix pour sa direction d’un projet en ligne impliquant des enfants européens.

Aujourd’hui, le Département de communication et la Faculté des arts et des sciences de l’Université de Montréal se réjouissent de rendre hommage aux travaux de Sonia Livingstone qui ont inspiré tant ses professeurs que ses étudiants. En effet, les thèmes de recherche de madame Livingstone correspondent en tous points aux orientations d’étude et de recherche principales du Département de communication de notre Faculté. Les enseignants de cette unité membres de l’Association internationale de communication ont eu l’occasion d’apprécier la rigueur et le professionnalisme de madame Livingstone qui, rappelons-le, en a été la présidente.

En lui conférant un doctorat honoris causa, l’Université de Montréal tient à souligner l’envergure de la carrière de madame Livingstone, son implication scientifique et sociale ainsi que la reconnaissance dont elle jouit sur la scène internationale. Ses contributions prolifiques viennent indéniablement assurer à sa discipline un rayonnement de première importance. Le Département de communication et la Faculté des arts et des sciences sont fiers de s’associer à la remise de la plus haute distinction de notre université à madame Sonia Livingstone, un modèle pour nous et pour nos nouveaux diplômés de ce que peut représenter une recherche de pointe au cœur de la Cité.